Radu Dracula

Voilà plus de cent ans que Vlad Tepes (l’empaleur) est devenu synonyme de Dracula, du moins du Dracula de l’écrivain irlandais Bram Stoker. Pourtant, Stoker n’a jamais mentionné Vlad dans son œuvre, se gardant même de prénommer son « Comte Dracula ». Comment en est-on donc arrivés à avoir la certitude que son vampire est inspiré de l’Empaleur ? D’autant plus qu’à bien des égards, le Vlad historique ne correspond pas aux descriptions qu’en fait l’irlandais. Qui plus est, la tête du sanguinaire roumain a été exposée post-mortem sur un pieu à Constantinople. Or, comme tout féru de vampires le sait, la décapitation est un des moyens de détruire le vampire, donc a fortiori d’empêcher la transformation d’un défunt en non-mort. Ces constatations faites, il m’a semblé judicieux de m’intéresser à d’autres « Dracula » (sur la suggestion d’un ami roumain pour être tout à fait honnête) ; car ce surnom signifiant « fils de Dracul » n’a pas été porté que par le prince Vlad. C’est ainsi que j’ai découvert Radu Cel Frumos, qui n’est autre que le frère cadet de Vlad. Un frère cadet qui, à bien des égards, correspond bien mieux à l’odieuse créature « imaginée » par Bram Stoker et qui, de toute évidence, a bien des choses à raconter.

Voici les 6 résultats

Voici les 6 résultats